Exposition Rodin – Maillol à Perpignan

L’exposition du musée H.Rigaud de Perpignan, présente deux artistes majeurs du début du XX siècle A.Rodin face à A.Maillol L’œuvre de Rodin est une continuité de l’œuvre de Michel-Ange, alors que celle de Maillol est d’inspiration méditerranéenne.

A l’expression du mouvement, de la torture morale, du pathétique des personnages, visible chez Rodin, Maillol propose une vision calme et sereine par la limpidité des formes.

Rodin a obtenu la commande de la porte d’un nouveau musée des beaux arts, ce projet qui a pour thème l’Enfer de Dante, est à l’origine d’une grande partie des sculptures qui nous sont présentées. Le grand plâtre du « penseur », montre les « abatis » nécessaires à une fonte ultérieure en bronze. Plus loin « l’homme qui tombe » (curieusement tiré avec les armatures), puis les « trois ombres » qui domineront le fronton de la porte.

« Le baiser »

Suite à un scandale, Rodin concevra toujours des originaux plus petits que nature pour éviter les accusations de modelage sur nature.
En opposition Maillol propose une « méditerranée » rêveuse ,

la « nuit » inscrite dans un cube, Léda repoussant un cygne invisible,

le « désir »

Maillol n’a produit que deux sculptures d’hommes dont un gracile « cycliste » qui rappelle « l’age d’airain » de Rodin.Il faut cependant remarquer la grande sculpture « l’action enchaînée » à la musculature hors normes (qui rappelle aussi les œuvres de Rude)

 

Rodin assemble, réalise un buste puis lui ajoute des membres qu’il pourra agencer de façon expressive, en exagérant les mains, les pieds, ou en les omettant comme sur ce plâtre.

On a ainsi des fragments qui pourront être adaptés dans plusieurs sculptures.

Maillol n’a réutilisé qu’une fois la « méditerranée » pour en faire « la rivière » mais procède de la même manière en commençant par un buste.

La présentation de fragments en tant qu’œuvre terminée est aussi à rapprocher de la présentation de sculptures grecques ou romaines.
Il est ainsi possible pour Maillol et Rodin de montrer des œuvres en cours de réalisation.

L’exposition présente enfin de grands dessins de Maillol en particulier « le dos de Thérèse » au fusain, et des nus réalisés à la sanguine. Rodin produit, lui, quantité de croquis rapides, d’aquarelles pris dans l’instant.

Défilement vers le haut